Les termes définis ci-dessous appartiennent au champ lexical féministe, inclusif, intersectionnel. La plupart des définitions sont reprises du lexique Et toi, t’es casé-e ?

0-9
A
Agenre
Personne qui ne désire pas être assimilée à un genre. La personne ne s’identifie ni comme femme ni comme homme ni comme genre fluide.
Androcentrisme
Une recherche ou une théorie souffre d’androcentrisme lorsque les résultats ou les suppositions découlent d’un référent masculin. La norme masculine devient alors la base de comparaison lors de l’interprétation des résultats. L’androcentrisme se retrouve aussi dans la langue, on parle alors du masculin générique. Il n’est pas rare d’entendre l’expression Homme pour désigner soit les hommes ou soit les deux sexes. Or, ce terme n’est pas neutre et influence la représentation que l’on a des deux sexes.

Lexique sur les différences sexuelles, le féminisme et la sexualité, Sylvie Richard-Bessette, chargée de cours-département de psychologie et sexologie, UQAM
Autisme
Processus social qui rend les groupes minoritaires (ou dominés) illégitimes ou invalidés. Le fait de « rendre autre » est ce qui classifie, qui crée des catégories distinctes afin de mieux gérer ces groupes minoritaires. Ainsi, les minorités de genre ou d’orientation sexuelle ou les groupes « racisés » se voient constitués en des entités d’une classe à part, ce qui permet de les tenir à distance du pouvoir et des privilèges de la majorité ou des groupes dominants.

Sophie Labelle, lesbebespigeons.com
B
Backlash
Le backlash est un terme qu’on utilise pour désigner les réactions antagonistes ayant lieu à la suite d’actions féministes. C’est donc un mouvement social antiféministe. Typiquement, un backlash vise à diminuer l’importance du combat («Vous vous plaignez pour rien, l’égalité est déjà atteinte»), ainsi qu’à déclarer que les militantes exagèrent ou que leurs actions engendrent de la misandrie. Un exemple plus large: on pourrait considérer l’administration Trump (oppressive et conservatrice) comme étant le backlash de l’administration d’Obama. Ce n’est pas un terme qui est exclusif aux discussions féministes!
Biphobie
Attitudes ou manifestations de mépris, de rejet ou de haine envers des personnes bisexuelles.
SOS-homophobie.org
Bisexualité
La bisexualité désigne l’attirance sexuelle ou/et sentimentale pour des personnes des deux sexes, soit simultanément soit alternativement.

Centre interfédéral pour l’égalité des chances, www.diversite.be, avril 2015
Bisexuel-le
Personne manifestant une attirance (sexuelle et/ou affective) pour des personnes mâles ou femelles. Par extension, attirance pour des individuEs de tous sexes et de tous genres.
www.genrespluriels.be

Personne qui est indistinctement attirée physiquement, érotiquement et/ou émotionnellement par une ou des personnes de l’un ou l’autre sexe. Certain-e-s bisexuel-le-s peuvent avoir une préférence plus marquée pour les personnes d’un des deux sexes.
Arc-en-ciel Wallonie
C
Cisgenre
Terme « coupole » désignant des personnes dont l’identité de genre correspond à celle associée habituellement au genre assigné dès la naissance
www.genrespluriels.be
Cisnormativité
Désigne le fait de rendre universelle l’expérience cisgenre, soit de s’identifier au genre assigné à la naissance sur la base de l’apparence des organes génitaux externes. Croyance que tous et toutes s’identifient au genre qui leur a été assigné à la naissance, sans chirurgie de reconfiguration génitale
Cissexisme
Désigne le biais favorable des institutions et de la société envers les individus qui s’identifient au genre qui leur a été assigné à la naissance (cisgenres), au détriment des individus s’identifiant à un genre autre que celui assigné à la naissance (trans). Le terme « cissexisme » renvoie à celui couramment utilisé de transphobie, terme qui oblitère toutefois les micro-agressions et l’invisibilité structurelle dont sont victimes les personnes trans, choses auxquelles la notion de cissexisme entend pallier en dénonçant les privilèges pris pour acquis que s’arroge la majorité cisgenre.
Coming out
On parle de coming out ou de « sortie du placard » quand une personne décide de parler ouvertement de son homosexualité, de façon volontaire. Le coming out est donc un acte volontaire, et souvent le résultat d’années de réflexion, de silence et de dissimulation aux autres. En pratique, on ne fait pas son coming out une fois pour toutes. On peut le faire auprès de ses amis et taire son homosexualité au travail. On choisit aussi de le refaire dans chaque situation sociale car l’entourage est encore profondément imprégné de normes hétérosexistes : rencontre avec un nouveau médecin, changement d’emploi…
Centre interfédéral pour l’égalité des chances, www.diversite.be, avril 2015

A ne pas confondre avec le terme outing.
Contrat social de genre
Ensemble de règles implicites et explicites régissant les relations femmes/hommes et leur attribuant des travaux, des valeurs, des responsabilités et des obligations distinctes. Ces règles s’appliquent à trois niveaux : le substrat culturel (normes et valeurs de la société), les institutions (protection de la famille, systèmes éducatif et de l’emploi, etc.) et les processus de socialisation, notamment au sein de la famille.
100 mots pour l’égalité, Commission européenne, 1998
Crime de haine
La loi anti discrimination fédérale prévoit pour certaines infractions ordinaires du code pénal une circonstance aggravante si l’un des mobiles pour commettre l’infraction de base est la haine, le mépris ou l’hostilité à l’égard de la victime, en raison d’un critère légal protégé.
Centre interfédéral pour l’égalité des chances, www.diversite.be, avril 2015
Critères protégés
Seules les discriminations relatives à certaines caractéristiques (avérées ou invoquées) sont punissables par la loi, il s’agit des « critères protégés ». En Belgique, 19 critères sont protégés : la nationalité, une prétendue race, la couleur de peau, l’ascendance ou l’origine nationale ou ethnique, l’âge, l’orientation sexuelle, la conviction religieuse ou philosophique, un handicap, le sexe et les critères apparentés que sont la grossesse, l’accouchement et la maternité, ou encore le changement de sexe, l’état civil, la naissance, la fortune, la conviction politique, la langue, l’état de santé actuel ou futur, une caractéristique physique ou génétique ou l’origine sociale ou la conviction syndicale.
Décret de la Communauté française du 12 décembre 2008 relatif à la lutte contre certaines formes de discrimination – M.B. 13.01.2009
D
Discours de haine
Seule la Recommandation 97(20) du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe sur le discours de haine le définit comme suit : « le terme ‘discours de haine’ doit être compris comme couvrant toutes formes d’expression qui propagent, incitent à, promeuvent ou justifient la haine raciale, la xénophobie, l’antisémitisme ou d’autres formes de haine fondées sur l’intolérance, y compris l’intolérance qui s’exprime sous forme de nationalisme agressif et d’ethnocentrisme, de discrimination et d’hostilité à l’encontre des minorités, des immigrés et des personnes issues de l’immigration ». En ce sens, le discours de haine s’entend de propos nécessairement dirigés contre une personne ou un groupe particulier de personnes.
Manuel sur le discours de haine, Conseil de l’Europe, 2008
Discrimination
La loi considère comme discrimination :
une différence de traitement
fondée sur l’un des critères fixés par la loi
qui ne peut pas être justifiée de manière objective et raisonnable.
Inversement, il y a aussi discrimination lorsqu’une personne est l’objet d’un même traitement qu’une autre alors qu’elle se trouve manifestement dans une situation différente.
www.stop-discrimination.be
Discrimination directe
Distinction directe, fondée sur un critère protégé et qui ne peut être justifiée sur la base de justification des distinctions prévues par la loi.
Centre interfédéral pour l’égalité des chances, www.diversite.be, avril 2015
Discrimination indirecte
Distinction indirecte, fondée sur un critère protégé et qui ne peut être justifiée sur la base de justification des distinctions prévues par la loi.
Centre interfédéral pour l’égalité des chances, www.diversite.be, avril 2015
Discrimination multiple
La discrimination multiple doit être considérée comme toute combinaison de discriminations fondées sur le sexe, la race ou l’origine ethnique, la religion ou les convictions, le handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle.
Stratégie pour l’égalité entre les femmes et les hommes 2010-2015 – SEC(2010), 1080 final
Discrimination positive
Mesures à l’intention d’un groupe particulier visant à éliminer et à prévenir ou à compenser des désavantages résultant des attitudes, des comportements et des structures existants (on s’y réfère parfois par les termes « action positive »).
100 mots pour l’égalité, Commission européenne, 1998
Discriminations
Article 21
1. Est interdite toute discrimination fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, les origines ethniques ou sociales, les caractéristiques génétiques, la langue, la religion ou les convictions, les opinions politiques ou toute autre opinion, l’appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance, un handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle.
2. Dans le domaine d’application des traités et sans préjudice de leurs dispositions particulières, toute discrimination exercée en raison de la nationalité est interdite.
Disparité entre les sexes
Écart entre les femmes et les hommes dans tout domaine en termes de degré de participation, d’accès, de droits, de rémunération ou d’avantages
100 mots pour l’égalité, Commission européenne, 1998
Distinction directe
Situation qui se produit lorsque, sur la base de l’un des critères protégés, une personne est traitée de manière moins favorable qu’une autre personne ne l’est, ne l’a été ou ne le serait dans une situation comparable.
Centre interfédéral pour l’égalité des chances, www.diversite.be, avril 2015
Distinction indirecte
Situation qui se produit lorsqu’une disposition, un critère ou une pratique apparemment neutre est susceptible d’entraîner, par rapport à d’autres personnes, un désavantage particulier pour des personnes caractérisées par l’un des critères protégés.
Centre interfédéral pour l’égalité des chances, www.diversite.be, avril 2015
Diversité
Différences entre les valeurs, les attitudes, les cadres culturels, les croyances, les environnements ethniques, les orientations sexuelles, les compétences, les connaissances et les expériences propres à chaque membre d’un groupe.
100 mots pour l’égalité, Commission européenne, 1998
Ce terme, qui signifie « ce qui est divers », renvoie à la diversité de notre identité : on peut être un homme ou une femme, hétéro- bi- ou homosexuel, jeune ou âgé, d’origine nationale différente, être en bonne santé ou pas, etc. Le terme diversité englobe toutes les caractéristiques qui peuvent nous différencier les uns des autres et est souvent associé à une volonté de reconnaître et prendre en compte ces différences, notamment dans le secteur de l’emploi. Le terme est ainsi souvent accompagné d’un autre mot qui précise comment on entend prendre en compte ces différences : une charte de la diversité (l’engagement d’une organisation), un plan de diversité (un plan d’actions concrètes), la gestion de la diversité (un management qui prend en compte la diversité).
Centre interfédéral pour l’égalité des chances, www.diversite.be, avril 2015
Droits des femmes inhérents aux droits humains
Droits de la femme et de la jeune fille en tant que partie inaliénable, intégrale et indivisible des droits universels de la personne et incluant la notion de droits en matière de procréation.
100 mots pour l’égalité, Commission européenne, 1998
Droits en matière de procréation
Droits de toute personne – ou de tout couple – de déterminer librement et de manière responsable le nombre d’enfants qu’elle souhaite avoir, l’écart les séparant et le moment de leur conception, de disposer des informations et des moyens nécessaires à cette fin, ainsi que le droit d’atteindre le niveau le plus élevé de santé en matière de sexualité et de procréation.
100 mots pour l’égalité, Commission européenne, 1998
Droits génésique (droits sexuels et reproductifs) / Droits en matière de procréation
Ces droits reposent sur la reconnaissance du droit fondamental de tous les couples et des individus de décider librement et avec discernement du nombre de leurs enfants et de l’espacement de leurs naissances et de disposer des informations nécessaires pour ce faire, et du droit de tous d’accéder à la meilleure santé en matière de sexualité et de reproduction. Ce droit repose aussi sur le droit de tous de prendre des décisions en matière de procréation sans être en butte à la discrimination, à la coercition ou à la violence, tel qu’exprimé dans des documents relatifs aux droits de l’homme. Dans l’exercice de ce droit, il importe que les couples et les individus tiennent compte des besoins de leurs enfants présents et à venir et de leurs propres responsabilités envers la société.
ONU, Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le développement, Le Caire, 1994
E
Empowerment (renforcement du pouvoir)
Au plan individuel : façon par laquelle l’individu accroît ses habiletés favorisant l’estime de soi, la confiance en soi, l’initiative et le contrôle.
Eisen,1994
Au plan social : Processus d’action sociale par lequel les individus et les groupes agissent pour acquérir le contrôle sur leur vie dans un contexte de changement de leur environnement social et politique.
Wallerstein et Allerstein, 1994
Essentialisme
Idéologie ségrégationniste selon laquelle hommes et femmes auraient « par nature » des caractéristiques, des aptitudes, des rôles sociaux distincts et immuables. La thèse essentialiste est aujourd’hui infirmée par les récentes recherches scientifiques qui montrent que l’être humain n’est soumis à aucun déterminisme biologique.
genrespluriels.be
Expression de genre
L’expression de genre renvoie à la manière dont les personnes expriment leur identité de genre (vêtements, coiffure, langage, attitudes…) et à la manière dont celle-ci est perçue par les autres. L’expression de genre ne correspond pas forcément au genre assigné à la naissance). L’expression de genre englobe également les formes occasionnelles ou temporaires d’expression données au genre (travesti-e, drag king/queen, etc.).
Égalité de traitement
Veiller à l’absence de discrimination fondée sur le sexe, directe ou indirecte
100 mots pour l’égalité, Commission européenne, 1998
Égalité des chances
Vision de l’égalité qui cherche à faire en sorte que les individus disposent des « mêmes chances », des mêmes opportunités de développement social, indépendamment de leur origine sociale ou ethnique, de leur sexe, des moyens financiers de leurs parents, de leur lieu de naissance, de leur conviction religieuse, d’un éventuel handicap… Allant plus loin que la simple égalité des droits, l’égalité des chances consiste principalement à favoriser des populations qui font l’objet de discrimination afin de leur garantir une équité de traitement. Elle implique que les écarts liés au milieu d’origine soient neutralisés.
Égalité des sexes
Principe des droits égaux et du traitement égal des femmes et des hommes. Notion signifiant, d’une part, que tout être humain est libre de développer ses propres aptitudes et de procéder à des choix, indépendamment des restrictions imposées par les rôles réservés aux femmes et aux hommes et, d’autre part, que les divers comportements, aspirations et besoins des femmes et des hommes sont considérés, appréciés et promus sur un pied d’égalité.
100 mots pour l’égalité, Commission européenne, 1998
Égalité entre les femmes et les hommes
L’égalité entre les femmes et les hommes résulte de l’absence de discrimination fondée sur le sexe d’une personne en matière d’opportunités, de répartition des ressources ou des revenus, ou d’accès aux services.
Stratégie pour l’égalité entre les femmes et les hommes 2010-2015 – SEC(2010), 1080 final
Équité entre les femmes et les hommes
L’équité entre les femmes et les hommes implique l’application de l’équité et de la justice dans la répartition des avantages et des responsabilités entre les femmes et les hommes. Le concept reconnaît que les femmes et les hommes présentent des différences en matière de besoins et de forces et que ces différences doivent être identifiées et traitées de manière à rectifier les déséquilibres entre les sexes.
Stratégie pour l’égalité entre les femmes et les hommes 2010-2015 – SEC(2010), 1080 final
F
Féminisme
Doctrine ou attitude politique, philosophique et sociale, fondée sur l’égalité des sexes qui a pour objectif la défense des intérêts des femmes dans la société, l’amélioration et l’extension de leurs droits, la fin de l’oppression et des discriminations dont les femmes sont victimes au quotidien, leur émancipation.
Concept qui englobe à la fois une idéologie et un mouvement pour le changement sociopolitique fondé sur une analyse critique des privilèges masculins et de la subordination des femmes dans une société donnée. Il s’attaque de front à la pensée patriarcale, à l’organisation sociale, aux mécanismes de contrôle. Il cherche à détruire la hiérarchie masculiniste, mais non le dualisme sexuel.
Traduction de Offen, 1988
G
Gay
Le terme gay (en Europe francophone) est un anglicisme d’origine américaine (ou bien gai au Québec) qui désigne généralement un homme ou une femme se décrivant comme homosexuelle. Plus spécifiquement, ce terme identifie les gens, évènements et autres qui se rapportent aux thématiques liées à une orientation affective et sexuelle en direction des personnes du même sexe.
Blessant.
Centre interfédéral pour l’égalité des chances, www.diversite.be, avril 2015
Genre
Le genre est un concept binaire qui se réfère aux différences sociales entre les femmes et les hommes qui sont acquises, susceptibles de changer avec le temps et largement variables tant à l’intérieur que parmi les différentes cultures.
Commission européenne, 100 mots pour l’égalité
Il désigne les rôles, les comportements, les activités et les attributions socialement construits, qu’une société donnée considère comme appropriés pour les femmes et les hommes.
Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, dite Convention d’Istanbul, 2011
H
Harcèlement discriminatoire
Situation dans laquelle un comportement non désiré qui est lié à l’un des critères protégés d’une personne survient avec pour objet ou pour effet de porter atteinte à sa dignité et de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant.
Décret de la Communauté française du 12 décembre 2008 relatif à la lutte contre certaines formes de discrimination – M.B. 13.01.2009
Harcèlement sexuel
Situation dans laquelle un comportement non désiré à connotation sexuelle, s’exprimant physiquement, verbalement ou non verbalement, survient avec pour objet ou pour effet de porter atteinte à la dignité d’une personne et, en particulier, de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant.
Décret de la Communauté française du 12 décembre 2008 relatif à la lutte contre certaines formes de discrimination – M.B. 13.01.2009
Homophobie
Terme coupole désignant une attitude négative pouvant mener au rejet et à la discrimination envers les gays (gayphobie), les lesbiennes (lesbophobie), les personnes bisexuelles (biphobie), ou à l’égard de toute personne, quelle que soit son orientation sexuelle, dont l’apparence ou le comportement déroge aux stéréotypes de « la masculinité » ou de « la féminité » préétablis dans un contexte social donné.
Librement inspiré du Plan d’action interfédéral contre les violences homophobes et transphobes, 31 janvier 2013 

L’homophobie peut se manifester sous forme de violences verbales (insultes, propos discriminants, remarques dévalorisantes ou culpabilisantes…), violences physiques (agressions, viols, harcèlement sexuel ou meurtres…), des violences sociales (exclusion, rumeurs, jugements…) ou par un comportement discriminatoire ou intolérant (discrimination à l’embauche, au logement, ou encore à l’accès aux soins médicaux).
www.genrepluriels.be
Homosexualité
Orientation sexuelle des personnes qui éprouvent de l’attirance émotionnelle, physique et/ou sexuelle pour une personne du même sexe.
SOS-homophobie.org
Homosexuel-le
Personne attirée sexuellement et/ou affectivement par des individus de « sexe » identique au sien.
www.genrepluriels.be
Hypersexualisation
Phénomène qui « consiste à donner un caractère sexuel à un comportement ou à un produit qui n’en a pas en soi » (Pierrette Bouchard, « La sexualisation précoce des filles », 2005) et qui comprend le fait d’utiliser de façon excessive des stratégies de séduction corporelle (vêtements, maquillage…).
Monde selon les Femmes asbl
Hétérocentrisme
Système de valeurs et de croyances fondé sur le modèle exclusif de relations traditionnelles entre femmes et hommes ; marginalisant ou ignorant d’autres formes de relations interpersonnelles et contribuant par là même à l’invisibilité de ces autres modes de vie.
Arc-en-ciel Wallonie
Hétéronormativité
Ensemble des normes qui font apparaître l’hétérosexualité comme cohérente, naturelle et privilégiée. Elle implique la présomption que toute personne est hétérosexuelle et la considération que l’hétérosexualité est idéale et supérieure à toute autre orientation sexuelle. L’hétéronormativité inclut également le fait de privilégier une norme d’expression des genres binaire qui définit ou impose les conditions requises pour être accepté-e ou identifié-e en tant qu’homme ou femme.
SOS-homophobie.org
Hétérosexualité
Orientation sexuelle des personnes qui éprouvent de l’attirance émotionnelle, physique et/ou sexuelle pour une personne d’un autre sexe.
SOS-homophobie.org
Hétérosexuel-le
Personne qui est attirée physiquement, érotiquement et/ou émotionnellement par des personnes du sexe opposé.
Arc-en-ciel Wallonie
I
Identité de genre
Au sens psychosocial, l’identité de genre d’une personne se réfère au genre auquel elle s’identifie. Selon les situations et les moments, les personnes s’identifient au genre assigné à leur naissance, à un autre genre, ou à aucun genre en particulier.
Identité sexuelle
Terminologie inappropriée reflétant la confusion qui existe encore, dans la société mais aussi chez certain-e-s profesionnel-le-s du secteur psychomédicosocial, entre les notions de « genres », de « sexes » et de « rôles sociaux de genres ».
www.genrepluriels.be
Utiliser la terminologie « identité de genre » pour référer à l’expérience intime et personnelle de son genre et « préférences sexuelles » pour les sexualités.
Incitation (à la haine, à la discrimination ou à la violence)
Par « incitation à », il s’agit d’entendre les communications verbales et non verbales qui stimulent, attisent, encouragent, accentuent, provoquent, poussent ou appellent à certaines réactions. Lorsqu’il incite à la haine, l’auteur doit avoir l’intention et l’espoir que ceux à qui il s’adresse adoptent à leur tour des comportements discriminatoires, de haine ou de violence. L’incitation va donc plus loin que la diffusion d’idées, informations ou injures.
Centre interfédéral pour l’égalité des chances, www.diversite.be, avril 2015
Injonction de discriminer
L’injonction de discriminer concerne tout comportement consistant à enjoindre à quiconque de pratiquer une discrimination, sur la base d’au moins un des critères protégés, à l’encontre d’une personne, d’un groupe, d’une communauté ou de l’un de leurs membres. L’intention est requise pour la personne qui donne l’ordre de discriminer.
Centre interfédéral pour l’égalité des chances, www.diversite.be, avril 2015
Intersectionnalité
Ça sonne peut-être compliqué, mais c’est vraiment facile. Pensez à une intersection, la croisée des chemins. L’intersectionnalité, c’est l’idée que les systèmes d’oppressions se recoupent et affectent les individus différemment à cause de diverses causes, visibles ou non. Exemple: Maggie est une femme cisgenre.
Maggie fait partie d’une minorité invisible, puisqu’elle est lesbienne. Maggie fait aussi partie d’une minorité visible, puisqu’elle est d’origine haïtienne. Le féminisme de Maggie est donc teinté par l’expérience de ces systèmes d’oppression: sexisme, hétérocentrisme/homophobie, racisme. Maggie gagne le gros lot à la loterie de l’intersectionnalité, sauf que son prix n’est pas une BMW ou un voyage à Cuba. Phrase clé: «Mon féminisme est intersectionnel ou bien n’est pas du tout».
Intersexué-é (intersexe)
Personnes présentant des caractéristiques physiques, génétiques et/ou hormonales qui ne sont pas exclusivement mâles ou exclusivement femelles, mais qui appartiennent soit typiquement aux deux, soit à aucun des deux. Le terme « intersexe » remplace celui « d’hermaphrodite » qui était largement utilisé par le milieu médical au cours des 18e et 19e siècles.
SOS-homophobie.org
On estime que le nombre de naissances présentant des caractères d’intersexuation se situe entre 1 et 2 %.
www.genrepluriels.be
Intégration de la dimension de genre
Planification, (ré)organisation, amélioration et évaluation des processus intégrés dans les politiques afin que les parties prenantes intègrent une perspective d’égalité entre les femmes et les hommes dans toutes les politiques, stratégies et interventions en matière de développement, à tous les niveaux et à tous les stades.
Parlement européen et Conseil, 2004
Intégration systématique des conditions, des priorités et des besoins propres aux femmes et aux hommes dans toutes les politiques en vue de promouvoir des activités fondées sur l’égalité entre les femmes et les hommes ou de mobiliser toutes les politiques et les mesures générales dans le seul but de réaliser l’égalité en tenant compte activement et manifestement, au stade de la planification, de leur incidence sur la situation spécifique des femmes et des hommes lors de leur mise en œuvre, de leur suivi et de leur évaluation.
Communication de la Commission COM(96) 67 final du 21 février 1996
J
K
L
LGBT / LGBTQIA
Acronyme de lesbiennes, homosexuels (gays), bisexuels, transgenres. On y ajoute parfois les lettres Q, I et A+ : queers, intersexes et autre (comme agenre, asexuel, etc.)
Plan d’action interfédéral contre les violences homophobes et transphobes, 2013
Lesbienne
Femme qui est attirée physiquement, érotiquement et/ou émotionnellement par d’autres femmes.
Arc-en-ciel Wallonie
Lesbophobie
Attitudes ou manifestations de mépris, de rejet ou de haine envers des personnes lesbiennes.
SOS-homophobie.org
Liberté d’expression
Valeur essentielle de la société démocratique : elle vaut non seulement pour les informations ou les idées accueillies favorablement ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent l’État ou une fraction quelconque de la population. La liberté d’expression porte aussi bien sur le choix du support que sur celle du contenu du message et la forme dans laquelle le message est exprimé est sans importance (vise aussi l’art et les symboles). Elle est consacrée internationalement ainsi qu’aux articles 19 et 25 de la constitution belge.
Centre interfédéral pour l’égalité des chances, www.diversite.be, avril 2015
M
Mansplaining
Hyper simple: une femme parle, un homme intervient pour répéter exactement la même chose, mais avec une formulation différente, du haut de son privilège masculin. C’est du mansplaining. Vous doutez de la fréquence de ce comportement? Vous pouvez lire Men Explain Things to Me de Rebecca Solnit, ou bien juste visiter n’importe quelle salle de classe ou lieu de travail.
À noter: le mansplaining a souvent lieu dans des contextes où des femmes dénoncent des comportements misogynes. Exemple: Maggie raconte qu’elle s’est fait harceler dans la rue par un homme et qu’elle s’est sentie menacée. Guy lui répond en tentant de justifier le comportement de cet homme (qu’il ne connaît d’ailleurs pas du tout): «Oui, mais il avait de bonnes intentions, il ne s’est pas douté que tu te sentais menacée, il ne te voulait pas de mal, #NotAllMen, etc»… Hashtag représentatif: #YesAllWomen
N
O
Orientation sexuelle
L’orientation sexuelle fait référence à la capacité de chacun-e de ressentir une profonde attirance émotionnelle, affective, physique et/ou sexuelle envers des individus du sexe opposé et/ou de même sexe.
Outing
Action de rendre publique l’homosexualité de quelqu’un contre son gré. Ce geste peut être commis par des personnes homophobes, mais aussi par des personnes homosexuelles à l’encontre d’homosexuels condamnant publiquement l’homosexualité.
Centre interfédéral pour l’égalité des chances, www.diversite.be, avril 2015
P
Patriarcat
Système de structures et de relations sociales dans lequel les hommes dominent et oppressent les femmes. Le patriarcat repose sur six structures : l’emploi, le travail domestique, la culture, la sexualité, la violence et l’État. Bien qu’autonomes, elles interagissent les unes sur les autres pour donner lieu à différentes formes de patriarcat, dont le patriarcat privé et public constituent les pôles d’un continuum. Le travail domestique est la structure dominante du patriarcat privé, caractérisé par une appropriation individuelle des femmes dans la famille et leur exclusion de l’espace public. L’État et le travail salarié sont les structures majeures du patriarcat public, qui implique une appropriation collective des femmes par leur ségrégation et leur subordination dans la sphère publique.
Tremblay, 2004
Au sens large, le patriarcat désigne la manifestation et l’institutionnalisation de la domination des hommes sur les femmes et les enfants au sein de la famille et de la société en général. Il sous-entend que les hommes détiennent le pouvoir dans toutes les institutions sociales importantes et que les femmes sont privées de l’accès à ce pouvoir. Il ne sous-entend pas que les femmes sont totalement impuissantes ni totalement privées de droits, d’influence et de ressources, mais certainement qu’elles ont collectivement moins de pouvoir, d’influence et de ressources que les hommes.
Lerner, 1986
Perspective de genre
Examen et prise en compte des différences entre les femmes et les hommes dans tout domaine d’action/toute activité.
100 mots pour l’égalité, Commission européenne, 1998
Pride
La marche des fiertés, ou Pride, est une manifestation qui prône la liberté et l’égalité pour toutes les orientations sexuelles et identités de genre. Dans la plupart des grandes villes du monde, cette manifestation se déroule tous les ans au cours du mois de mai ou de juin, pour rappeler les émeutes de Stonewall qui sont tenues dans la Christopher Street à New York le 28 juin 1969.
Centre interfédéral pour l’égalité des chances, www.diversite.be, avril 2015
Privilèges
Les privilèges sont, pour faire ça court, des droits accordés à certaines personnes en particulier à cause de certaines caractéristiques qu’elles présentent: race, sexe, genre, orientation sexuelle, éducation, classe sociale…
Un truc juste humain, qui est primordial: l’empathie.
Dans un contexte féministe, le mot privilège fait souvent référence aux positions que certaines personnes tiennent pour acquis, mais qui découlent en fait d’une situation où elles sont mises en valeur. Exemple: Guy est un homme blanc cisgenre hétérosexuel. Ses privilèges sont nombreux, puisqu’il fitte dans tout ce qui est défini comme étant « normal » dans une société capitaliste, patriarcale, hétéronormative, néo-libérale. Les transports et les lieux publics sont adaptés pour lui, il fait partie du public cible des pubs, il se voit représenté dans les films et les séries télé; bref, il n’a pas à se battre jour après jour pour exister.
Ça vous semble exagéré? Un truc ultra-féministe (je plaisante, un truc qui est juste humain): l’empathie. Mettez-vous dans les souliers d’une personne qui fait partie d’une minorité ou d’une catégorie de personnes opprimées: vous comprendrez mieux. Autres mots qui sont en lien avec les privilèges: âgisme, capacitisme, sexisme, racisme, etc. Ces mots font référence à des systèmes discriminatoires envers l’âge, les capacités physiques ou mentales, le sexe ou le genre, la race. Hashtag représentatif: #OscarsSoWhite
Préjugé
Attitude négative ou prédisposition à adopter un comportement négatif envers un groupe ou envers les membres de ce groupe, qui repose sur une généralisation erronée et rigide.
Allport, G.,1954, The nature of prejudice, Reading, MA: Addison-Wesley
Q
Queer
Mot d’origine anglophone signifiant « étrange » et utilisé initialement comme injure envers les personnes LGBT. Aujourd’hui, il est revendiqué par les personnes qui ne souhaitent pas se (voir) définir par les catégories traditionnelles hétéronormatives de genre et d’orientations sexuelles. La pensée queer remet ainsi profondément en cause les schémas et normes sociales binaires (femme/homme, homosexuel-le/hétérosexuel-le).
SOS-homophobie.org
R
Rapports de genre
Rapport et distribution inégale du pouvoir entre les femmes et les hommes qui caractérisent tout système sexiste.
100 mots pour l’égalité, Commission européenne, 1998
Rôles des femmes et des hommes
Les rôles attribués aux femmes et aux hommes sont des comportements acquis au sein d’un groupe ou d’une communauté donnée ou de tout autre groupe spécial qui conditionne le type d’activités, de tâches et de responsabilités perçues comme typiquement masculin ou féminin. Les rôles des femmes et des hommes sont attribués en fonction de l’âge, de la classe sociale, de la race, de l’ethnicité ou de la religion, ainsi que de l’environnement géographique, économique ou politique. Les changements des rôles des femmes et des hommes sont souvent le résultat d’une évolution du contexte économique, social ou politique.
Stratégie pour l’égalité entre les femmes et les hommes 2010-2015 – SEC(2010), 1080 final
S
Santé sexuelle / Services de santé en matière de procréation
L’ensemble des méthodes, techniques et services qui contribuent à la santé et au bien-être en matière de procréation en prévenant et résolvant les problèmes qui peuvent se poser dans ce domaine. On entend également par cette expression la santé en matière de sexualité qui vise à améliorer la qualité de la vie et des relations interpersonnelles, et non à se borner à dispenser conseils et soins relatifs à la procréation et aux maladies sexuellement transmissibles.
ONU, Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le développement, Le Caire, 1994
Sexe
Le sexe fait référence aux différences biologiques entre les femmes et les hommes.
Conseil de l’Europe, Les droits des personnes transgenres dans les États membres de l’Union européenne, 2010
Sexisme
Utilisation des différences physiques et biologiques entre les sexes comme prétexte pour établir des différences de statut, de position, de droits… entre garçons et filles, hommes et femmes. Cette utilisation des différences se traduit par des paroles, des gestes, des comportements ou des actes qui excluent, marginalisent ou infériorisent un sexe par rapport à l’autre. Ce terme renvoie presque toujours à la domination, consciente ou non, des hommes sur les femmes.
Discrimination toi-même, Ministère de la Communauté française de Belgique, 2010
Idéologie qui érige la différence sexuelle en différence fondamentale entraînant un jugement sur l’intelligence, les comportements et les aptitudes.
Etude LH2, 2013. Relation de travail entre les femmes et les hommes, Conseil supérieur de l’Egalité Professionnelle, France
Sexualité
La sexualité est vécue et exprimée sous forme de pensées, de fantasmes, de désirs, de croyances, d’attitudes, de valeurs, de comportements, de pratiques, de rôles et de relations. Alors que la sexualité peut inclure toutes ces dimensions, ces dernières ne sont pas toujours vécues ou exprimées simultanément. La sexualité est influencée par des facteurs biologiques, psychologiques, sociaux, économiques, politiques, culturels, éthiques, juridiques, historiques, religieux et spirituels.
OMS, 2002
Slutshaming
Revenons à notre amie Maggie. Maggie est dans un bar. Elle porte une mini-jupe et un débardeur au décolleté plongeant. Maggie discute quelques instants avec un homme, qui lui paye un verre (Maggie adore les vodkas-sodas). À la fin de la soirée, Maggie quitte le bar avec une amie, alors que l’homme qui lui a payé un verre lui crie de rentrer avec lui, qu’elle est une agace, une salope, qu’elle l’a séduit, qu’il lui a payé un verre pour rien. Certes, cet homme est un connard.
Le slutshaming est pratiquement indissociable de la culture du viol.
Cet homme vient aussi de carrément slutshamer Maggie, c’est-à-dire qu’il se base sur la façon dont elle est habillée pour l’humilier et la réduire au statut d’objet. Ce comportement fait partie de la culture du viol, un autre buzzword souvent utilisé dans un contexte féministe.
Analogie douteuse: les frites sont au best-of McDo ce que le slutshaming est à la culture du viol: un à-côté pratiquement indissociable. La différence, c’est que le slutshaming et la culture du viol brisent des vies. Le McDo? Pas sûre. Hashtag représentatif: #BeenRapedNeverReported
Socialisation
La socialisation est le processus par lequel la personne humaine apprend et intériorise tout au long de sa vie les éléments socioculturels de son milieu, les intègre à la structure de sa personnalité sous l’influence d’expériences d’agents sociaux significatifs, et par là s’adapte à l’environnement social où elle doit vivre. (…) La socialisation est le processus d’acquisition (…) des « manières de faire, de penser, de sentir » propres aux groupes, à la société où une personne est appelée à vivre.
Guy Rocher, Introduction à la Sociologie générale, 1970.
Socialisation différenciée
La socialisation différenciée désigne le fait que la socialisation est différente en fonction du statut particulier que la personne sera amenée à occuper dans la société. Les normes et valeurs transmises par socialisation sont différentes en fonction de variables telles que le sexe de l’enfant ou encore le milieu social auquel il appartient.
Stéréotype
Ensemble de croyances collectivement partagées attribuant une caractéristique simplifiée et exagérée à un groupe d’individus.
Rose ou bleu, seulement si je le veux ! Carnet d’accompagnement de l’exposition éponyme, Latitude Jeunes, 2012 in Sexes et Manuels, Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, 2012
Stéréotype de genre
Les stéréotypes de genre sont des idées préconçues qui assignent aux hommes et aux femmes des caractéristiques arbitraires et des rôles sexués déterminés et limités. Ces stéréotypes peuvent entraver le développement des talents et des capacités naturelles des filles et des garçons, des femmes et des hommes, leurs expériences éducatives et professionnelles ainsi que les possibilités que leur offre la vie en général.
Conseil de l’Europe
Stéréotype sexiste
Toute représentation (langage attitude ou représentation) péjorative ou partiale (explicite ou implicite) de l’un ou l’autre sexe, tendant à associer des rôles, comportements, caractéristiques, attributs ou produits réducteurs et particuliers, à des personnes en fonction de leur sexe, sans égard à leur individualité.
Discrimination toi-même, Ministère de la Communauté française de Belgique, 2010
Stéréotypes sexuels
Ensemble de croyances partagées par une culture à propos des traits ou des qualités propres aux hommes et aux femmes.
Lips, 2005
T
Traitement préférentiel
Traitement d’une personne ou d’un groupe de personnes susceptible de se traduire par des avantages, des accès, des droits, des chances ou un statut supérieurs à ceux dont bénéficie une autre personne ou un autre groupe. Ce traitement peut avoir un sens positif lorsqu’il comporte une action positive destinée à supprimer une pratique discriminatoire antérieure ou un sens négatif lorsqu’il vise à conserver les écarts ou les avantages d’une personne/d’un groupe par rapport à une/un autre.
100 mots pour l’égalité, Commission européenne, 1998
Trans
Abréviation de « personne transgenre ».
www.genrespluriels.be
Transgendérisme
Terme issu de la psychiatrisation et donc extrêmement connoté et discriminant.
www.genrespluriels.be
Transgenres (transidentités ou expression de genres ou genres fluides)
Transgenre est un terme « coupole » désignant des personnes dont l’identité de genre est différente de celle associée habituellement au genre assigné dès la naissance.
Transidentités (personnes transidentitaires)
Terme « coupole » désignant une personne dont l’identité de genre, l’expression de genre ou l’attitude est différente de celle associée habituellement avec son genre assigné dès sa naissance.
www.genrespluriels.be
A cette désignation peut s’opposer la notion de personnes cisgenres, c’est-à-dire toute personne en adéquation avec, ou revendiquant l’appartenance à la catégorie de genre assignée à la naissance.
www.genrespluriels.be
Transphobie
La transphobie est une attitude négative pouvant mener au rejet et à la discrimination à l’égard d’une personne qui exprime une identité de genre ou manifeste une expression de genre différente du genre qui lui a été assigné à la naissance.
Librement inspiré du Plan d’action interfédéral contre les violences homophobes et transphobes, 31 janvier 2013
Tout comme l’homophobie, la transphobie peut se manifester sous forme de violences verbales (insultes, propos discriminants, remarques dévalorisantes ou culpabilisantes…), violences physiques (agressions, viols, harcèlement sexuel ou meurtres…), des violences sociales (exclusion, rumeurs, jugements…) ou par un comportement discriminatoire ou intolérant (discrimination à l’embauche, au logement, ou encore à l’accès aux soins médicaux).
www.genrespluriels.be
Travesti-e
Personne qui utilise en partie ou en totalité, de manière ponctuelle ou durable, les codes (habits, attitudes, etc.) de la catégorie de genre (homme/femme) opposée à celle assignée à la naissance, sans forcément en revendiquer l’appartenance.
SOS-homophobie.org
U
V
Violence entre partenaires / dans les relations intimes
On entend par violences dans les relations intimes un ensemble de comportements, d’actes, d’attitudes, de l’un des partenaires ou ex-partenaires, qui visent à contrôler et dominer l’autre. Elles comprennent les agressions, les menaces ou les contraintes verbales, physiques, sexuelles, économiques, répétées ou amenées à se répéter portant atteinte à l’intégrité de l’autre et même à son intégration socioprofessionnelle. Ces violences affectent non seulement la victime, mais également les autres membres de la famille, parmi lesquels les enfants. Elles constituent une forme de violence intrafamiliale.
Il apparaît que dans la grande majorité des cas, les auteurs de ces violences sont des hommes et les victimes, des femmes. Les violences dans les relations intimes sont, le plus souvent, la manifestation, dans la sphère privée, des relations.

Plan d’action national de lutte contre la violence entre partenaires et d’autres formes de violences intrafamiliales 2010-2014
Violence à l’égard des femmes fondée sur le genre
Désigne toute violence faite à l’égard d’une femme parce qu’elle est une femme ou affectant les femmes de manière disproportionnée.
Conseil de l’Europe, Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, dite Convention d’Istanbul, 2011
Les violences exercées sur les femmes en raison de leur sexe sont multiformes. Elles englobent tous les actes qui, par la menace, la contrainte ou la force, leur infligent, dans la vie privée ou publique, des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques dans le but de les intimider, punir, humilier, les atteindre dans leur intégrité physique et leur subjectivité.
Dictionnaire critique du féminisme, Puf
W
X
Y
Z