Manifeste

Le manifeste
Vulcana se veut être une maison intersectionnelle des arts et cultures. Il semble dès lors important de décrire ce que cela signifie et dans quelle mesure l’association s’inscrira dans cette démarche.
Précisons avant tout qu’il s’agit d’une ligne directrice vers laquelle nous tenterons toustes de tendre au sein des activités et évènements mais également au niveau du fonctionnement et de l’administration de l’association. Nous sommes conscient‧es que certains points de ce manifeste ne sont pas encore appliqués actuellement (voir le point « Intersectionnalité » notamment) mais il est davantage à concevoir comme un fil rouge, un projet vers lequel tendre que comme le reflet de l’association telle qu’elle est construite actuellement.
Un manifeste nécessaire donc pour expliquer d’emblée les intentions de Vulcana et pour nous rappeler quotidiennement l’orientation que nous voulons lui donner.
Nous commencerons par expliquer en quoi Vulcana est une maison engagée, notamment pour les droits LGTBQIA+, féministe et orientée sur une perspective intersectionnelle et finirons par expliquer en quoi ces préoccupations sont liées à notre intérêt pour l’art. Autrement dit, nous expliquerons pourquoi Vulcana est une maison intersectionnelle des arts et cultures.

Une maison…
Vulcana se pense comme un lieu physique où l’on pourra se rassembler et se rencontrer. Elle offrira plus métaphoriquement un toit pour toutes celles et ceux qui sont parfois exclues d’autres espaces, notamment les personnes appartenant à la communauté LGTBQIA+ ou queer. Les maisons appartiennent d’ailleurs à la culture des bals américains (https://fr.wikipedia.org/wiki/Ball_culture) lors desquels différentes familles, rassemblant des personnes queers et racisées aux liens forts, s’affrontent dans le but de remporter des trophées dans plusieurs catégories.
Vulcana s’inscrit donc dans une démarche d’inclusion mais également d’engagement, de lutte, d’activisme pour les droits des lesbiennes, gays, trans, bi, queers, intersexes, asexuels, non-binaires, ou toute personne qui ne se reconnaîtrait pas dans la normativité hétérosexuelle cisgenre, et ce au travers d’activités concrètes (manifestation, accueil de groupes activistes, etc.), des activités et évènements (non-mixité, thèmes de discussion liés au sexe, au genre, à la sexualité, etc.) et de l’organisation de l’ASBL (création d’une safe zone, écoute des personnes concernées, etc.).

… féministe*
Cet engagement politique sera également féministe. Cela signifie que nous nous engageons dans la lutte pour l’égalité des droits entre les hommes et les femmes. A une échelle plus globale, nous voulons lutter contre le système patriarcal dans lequel nous évoluons aujourd’hui, c’est-à-dire une société caractérisée par l’oppression des femmes par les hommes, une société codée, normée, genrée. Plus particulièrement, Vulcana tentera de ne pas reproduire ces diktats ou toute forme de discrimination à l’échelle de l’association, en visibilisant davantage les femmes, en leur donnant la parole, en les accueillant, en leur proposant de l’aide, autant qu’en essayant de déconstruire ces rapports de domination, en réfléchissant à des manières concrètes de résister contre eux.
Être féministe ne se résume donc pas à exclure les hommes de la société mais bien plutôt à repenser leur place, à reconstruire les relations qu’ils entretiennent avec les femmes et entre eux. C’est pourquoi Vulcana invite en son sein tout homme désireux de réfléchir sa position, remettre en question ses privilèges et surtout capable d’écouter ce que les femmes et le féminisme ont à dire.

… intersectionnelle**
Tenter de déconstruire les relations de domination qui existent entre les hommes et les femmes ne peut se faire, selon nous, en dehors de la déconstruction d’autres types de relations de domination qu’elles soient liées à l’âge, à la couleur de peau, au handicap, à la classe sociale/économique ou au poids. C’est ce que l’on nomme une approche féministe intersectionnelle. Autrement dit, il s’agit de croiser les luttes contre le sexisme, l’âgisme, le racisme, le validisme, le classisme, la grossophobie, etc.
De nouveau, c’est à différentes échelles que nous désirons nous engager dans cette voie. D’abord, à un niveau politique, nous voulons sensibiliser le public à ces notions de domination, de discrimination. Ensuite, au niveau de l’organisation des évènements, nous privilégierons des animateurices d’ateliers et des artistes qui ne trouvent pas toujours leur place ailleurs, favoriserons les discussions autour de thèmes qui concernent exclusivement des personnes historiquement marginalisées. Finalement, au sein même de l’équipe de Vulcana, nous essayerons d’accueillir des profils diversifiés et, le cas échéant, de laisser le dialogue ouvert, de se renseigner sur des questions qui ne nous concernent pas directement, de laisser la parole aux personnes concernées.
**Dans une volonté d’inclusion de personnes racisées ou socio-économiquement stigmatisées, Vulcana aimerait s’installer dans les quartiers nord et ouest de Bruxelles. L’association s’attachera à diffuser ses activités dans sa localité, au sein d’un quartier à la fois populaire et international.
Les inégalités dont souffrent les groupes évoqués ci-avant sont également liées aux changements environnementaux. En effet, nous ne sommes pas toustes égaux ou égales concernant le changement climatique, l’accès aux ressources premières et la pollution, qui sont notamment des conséquences néfastes d’un modèle capitaliste et consumériste, c’est à dire un système basé sur l’accumulation de capital et la consommation excessive . Ces logiques capitalistes et consuméristes sont, comme le système patriarcal, fondées sur des relations de pouvoir et d’exploitation des femmes et des minorités. Il existe donc une convergence des luttes féministes avec les luttes environnementales et anticapitalistes. C’est dans le sens de ces luttes qu’oeuvrera Vulcana.

… des arts et des cultures***
Bien que les termes « arts et cultures » soient évoqués en dernier, ils sont au cœur des activités de Vulcana. En effet, l’association est avant tout un lieu d’accueil permanent ou ponctuel pour les artistes. Nous sommes en effet toustes convaincu‧es que l’art et la culture sont des piliers essentiels à toute société. Ils permettent de briser des tabous, faire évoluer les mentalités, s’exprimer, se rassembler, réfléchir, ressentir. La musique, le théâtre, la danse, la performance, la gastronomie, la photographie… seront autant de manières de se questionner ensemble sur l’art en tant que tel, sur le et la politique, sur les mécanismes de domination, les discriminations et ce dans une atmosphère dynamique, vivante, prenante.